Patrice Goré - Malincoolique
théâtres d'images

C'est un entrefilet dans un journal local, au début des années 2000, qui a allumé le point d'interrogation dans mon cerveau. "La BDP -bibliothèque départemental de prêts- venait d'acquérir un kamishibaï, un théâtre d'images japonais" ou quelque chose comme ça. "Théâtre d'images" ! J'ai senti qu'il y avait là un objet et un art qui correspondaient à mon univers. J'ai sauté à pieds joints dans le kamishibaï !

Quelques recherches plus tard, j'avais entre les mains un plan pour construire un premier butaï -le castelet de bois dans lequel glissent les images- qu'immédiatement je transformais pour en faire mon outil personnel.



Le kamishibaï devenait pour moi le moyen de faire s'épanouir texte et images en un bouquet parlé.
...


Pendant quelque temps, je ne l'ai utilisé qu'en privé, mettant au point mon style kamishiabaï personnel. Puis, j'ai proposé aux enfants des ateliers. Des ateliers à 2 ou 3, d'abord. Chacun son histoire.
Puis j'ai compliqué les choses : une histoire commune à 4 ou 5.
Puis carrément avec une classe de 25 élèves environ. De petites histoires par groupes de 2 ou 3 élèves la première année. Enfin une fresque historique avec la totalité des élèves, une autre année !

Le kamishibaï est un art qui fait travailler l'imagination par l'invention d'une histoire, le français par l'écriture du texte, la concision par le découpage de l'histoire, le dessin et l'interrogation par les illustrations qui doivent correspondre à l'histoire, la manipulation par le maniement de l'objet théâtre et des images qui y glissent, et l'expression par la prise de parole devant un public.


dessin réalisé par mes élèves, à l'Atelier d'Images, pour le final de "le grendt septacle", avec Clémence, Théodora, Jean-Baptiste et Romain. Ce kamishibaï a été représenté dans les bibliothèques de Vendôme et La Riche.

les photos sont d'Emmanuelle, prises au cours d'un atelier kamishibaï dans la classe de CP de Mme Dady à Fréteval.